PLAIDOYER POUR UNE “AUTONOMIE DE GESTION” DE L’INSTITUT D’ODONTOLOGIE-STOMATOLOGIE

Le chef de département de l’Institut d’odontologie–stomatologie de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD), le professeur Henry Michel Benoit, a plaidé mercredi pour la promotion de l’institution par un financement adéquat et une autonomie de gestion, afin de lui permettre de mieux remplir ses missions et d’atteindre les standards internationaux en matière de formation et de soins.

“La volonté de faire évoluer est là avec des ressources humaines de qualité mais nous avons besoin de l’accompagnement de l’Etat pour hisser cette première école dentaire de l’Afrique de l’Ouest vers des standards internationaux”, a-t-il expliqué au cours d’un point de presse.

Cette rencontre avec les journalistes est organisée en prélude de la clôture vendredi de la célébration du cinquantenaire de l’institut d’odontologie-stomatologie de l’UCAD (1967-2017).

“Ce n’est pas une fête mais un moment de faire l’état des lieux de tout le parcours pour sensibiliser l’Etat sur les difficultés de l’institut”, a-t-il souligné.

Aussi a-t-il préconisé l’évolution de son statut juridique vers une entité plus autonome répondant aux besoins de la structure.

“L’expertise de ces ressources humaines n’est pas suffisamment accompagnée de moyens matériels et financiers nécessaires pour faire de l’école un véritable centre de référence et de surveillance des affections dentaires”, a indiqué le professeur Benoit.

L’institut se trouve selon lui confronté à un sous-équipement médico-chirurgical et pédagogique, sans compter la vétusté du matériel “impactant fortement” sur la qualité de la formation et des soins, la faible capacité d’accueil des étudiants et des patients, l’insuffisance de locaux destinés aux personnels d’enseignement et de recherche.

Une des difficultés d’accès à l’institut tient au fait qu’il a reçu cette année 2700 demandes d’orientation, plus que la faculté de médecine et de pharmacie, pour une capacité d’accueil de 60 étudiants.

D’où la nécessité d’ériger l’institut en faculté, une perspective actuellement en cours avec la rédaction des arguments nécessaires.

Depuis mars 2017, l’institut a déroulé une série d’activités de sensibilisation auprès des populations sur la santé bucco-dentaire. Des informations ont été également fournies sur l’institut.

La cérémonie de clôture du cinquantenaire sera marquée par des conférences à partir de vendredi et une série d’activités tout le long du week-end.