L’UGB et l’Institut Ya Salam lance une licence professionnelle d’Assistanat trilingue : pour répondre « aux besoins de l’administration moderne »

Le professeur Baydallaye KANE, recteur de l’Université Gaston Berger, a présidé, jeudi, la cérémonie solennelle de graduation des étudiants titulaires du BTS de l’Institut commercial privé Ya Salam. Soixante-quinze (75) récipiendaires ont reçu leur parchemin au cours d’un traditionnel cérémonial dédié, cette année, à feue Fatoumata SALL, première étudiante à obtenir le BTS en bureautique dans cet établissement privé.

Le recteur KANE a salué la qualité de l’enseignement dispensé au sein de l’Institut perceptible, dit-il, à travers ses produits mis sur le marché du travail. « Elles effectuent un travail remarquable au de l’Université Gaston Berger de Saint-Louis », a témoigné le président de l’assemblée de l’UGB. Il a rappelé la complexité du métier d’assistante en soutenant que cette profession exige beaucoup de vertus.

« L’assistanat est particulièrement exigeant. En plus de pouvoir assuré un bon accueil au visiteur, il exige que l’ont puisse donner du respect et de pouvoir dire les mots justes », a-t-il ajouté. « L’assistante porte en elle l’image de l’institution », a noté M.KANE.

La remise de ce parchemin au sein de l’UGB, augure une ère de collaboration et de partenariat pédagogique entre les deux institutions. Celle-ci se matérialise par le lancement conjoint d’une licence professionnelle trilingue entre Ya Salam et l’UFR des Lettres et Sciences humaines.

« Ce dont nous pouvons vous assurer néanmoins, à défaut de nous hisser à votre niveau, c’est que nous relèverons le défi et travaillerons à vos côtés pour que la jeunesse studieuse de notre pays puisse profiter au maximum de ce partenariat public-privé », a déclaré Amadou Lamine DIOP, le, directeur de l’Institut Ya Salm.

« À coté des professeurs de haut niveau de ce temple du savoir et du progrès qu’est l’UGB, nous apporterons notre savoir-faire, notre savoir-être en un mot notre professionnalisme au service de ce programme qu’est la licence professionnelle d’Assistanat trilingue que nous avons en partage », a martelé M.DIOP.

Pour le professeur Boubacar CAMARA, directeur de l’UFR LSH, la mise sur orbite de cette licence a pour but « d’enrichir le marché de l’emploi de produits répondant aux besoins de l’administration. L’objectif est d’inculquer aux assistantes des atouts qui leur permettent d’être autonomes, de poser des problèmes et de les résoudre », a –t-il noté en renseignant que les candidates à ce diplôme seront formées en français, l’anglais et, en option, l’allemand, l’espagnol ou l’arabe.