Rome est une ville idéale pour les étudiants souhaitant profiter d’une expérience Erasmus. À deux heures d’avion de Paris, la capitale italienne allie universités prestigieuses et un cadre idyllique.

«Si tu es à Rome, vis comme les Romains», a-t-on coutume de dire. Selon un rapport de la Commission européenne, 20204 étudiants sont venus étudier en Italie pour l’année 2013-2014. Pour étudier dans de bonnes conditions dans la ville éternelle, mieux vaut se faire aux particularités locales. Ainsi, les étudiants sont en Italie notés sur 30 et non sur 20, la moyenne étant de 18/30. Certaines de ces pratiques peuvent jouer en votre faveur: il est par exemple possible de repasser une épreuve jusqu’à six fois si vous n’êtes pas content de votre note. De nombreuses écoles et universités françaises proposent des partenariats avec des structures italiennes, à l’image de l’IAE Lyon avec la Luiss, ou l’université Paris Diderot et la Sapienza.

5 établissements d’excellence pour étudier à Rome

1. La Sépienza: l’une des plus anciennes facultés du monde

Fondée en 1303 par bulle pontificale, l’Université Roma I comme l’appellent certains Italiens, compte 11 facultés, 63 départements, et dispense 250 cours en licence et 200 en master. Avec ses 102 268 étudiants en 2015-2016 (dont mille suivent le programme Erasmus), elle est l’université la plus grande d’Europe. Si les élèves viennent pour acquérir savoir, sagesse et connaissance (trois traductions possibles du mot Sapienza), le campus est, au printemps, fortement prisé des jeunes qui profitent des espaces verts pour se reposer au soleil entre deux heures de cours. Le petit plus:étudiants étrangers, rapprochez-vous du bureau de l’ESN, l’Erasmus Student Network, une association qui pourra vous aider dans vos premières démarches administratives, et qui organise également de nombreux voyages à travers l’Italie pour les étudiants Erasmus.:

L’entrée de la Sapienza, l’une des plus anciennes facultés du monde. ©Wikimedia.

2. Academia di costume e di moda: des anciens célèbres

Intéressé par le monde de la mode? L’Academia di costume e di moda vous ouvre ses portes pour une formation axée autour de deux thèmes: la mode et la création de costumes pour le monde du spectacle. L’école, fondée en 1964, propose à ses étudiants des cours complets, visant à développer leur propre identité artistique. Le petit plus: parmi les anciens de l’école, on compte par exemple Alessandro Michele. Le créateur de 42 ans est désormais le directeur artistique de Gucci, maison avec laquelle il a remporté en 2015 le Britsh Fashion Award du meilleur designer.

Escalier immaculé et design épuré pour l’Academia di costume e di moda. ©Googlestreet

3. Luiss Guido Carli: des doubles diplômes

Fondée en 1974, la Libera università internazionale degli studi sociali (LUISS) propose depuis 30 ans des formations allant des sciences sociales à l’économie en passant par le commerce. Le petit plus: l’établissement jouit ainsi de 150 partenariats internationaux et peut proposer 14 diplômes, avec de grandes écoles françaises à l’image d’HEC ou de l’Ieseg.

L’école Luiss Guidi Carli bénéficie d’un partenariat avec HEC.

4. Roma tor Vergata: les sciences avant tout

Créée en 1982 pour pallier la surpopulation de la Sapienza, l’université Tor Vergata, aussi appelée Roma II, s’est dotée d’un campus de 600 hectares sur le modèle des universités anglo-saxonnes. Un lieu où se mélangent toutes les disciplines, allant de l’économie au droit en passant par la médecine ou les sciences. Le petit plus : l’ingénierie et les sciences étant des domaines particulièrement forts à Tor Vergata, le campus abrite en son sein de prestigieux instituts, à l’image du CNR et de l’Agenzia Spaziale Italia(Agence spatiale Italie).

L’université de Tor Vergata, réputée pour son département de sciences.©Wikimedia.

5. L’école française de Rome: une institution

Si vous êtes chercheur ou étudiant chercheur, peut-être aurez-vous l’occasion de vous rendre à l’école Française de Rome (EFR). Installée piazza Navona, dans le palais Farnese (où se trouve également l’Ambassade de France à Rome), l’EFR n’est pas une école mais plutôt un institut de recherche. Depuis sa création en 1875, l’endroit accueille ainsi étudiants chercheurs, enseignants-chercheurs ou chercheurs, en leur proposant un lieu d’échanges entre français et chercheurs étrangers. Le petit plus : l’École Française de Rome met également à disposition de nombreuses ressources documentaires dans les domaines de l’archéologie, de l’histoire et des autres sciences humaines et sociales.

Au deuxième étage du Palais Farnese se trouve l’Ecole Française de Rome. ©Wikimedia .

Rome en pratique:

 

Où loger: SI vous optez pour la Sapienza, le quartier de San Lorenzo, très prisé des étudiants en raison de sa proximité avec le campus et de sa vie nocturne débordante, ne pourra que vous ravir. On y trouve des loyers raisonnables par rapport au reste du centre.

Budget moyen: Comptez entre 400 et 600 euros, charges comprises, pour une chambre en colocation. Si le coût de la vie est à peu près le même qu’en France, certains produits nationaux comme les pâtes ou la mozzarella deviendront vite des repères incontournables. Profitez également des aperitivi, ces buffets à volonté servis avec un cocktail.

Retrouvez plus d’infos sur lepetitjournal.com, le média des Français et francophones à l’étranger


Les cinq lieux préférés de Julien, 22 ans, étudiant en architecture à l’université La Sapienza de Rome.

Julien aime les pâtes de la Trattoria moderna.

Le bar dei brutti: Un bar situé au cœur de San Lorenzo, un des quartiers les plus caractéristiques de Rome. C’est la définition parfaite du mot bar: des chaises, des tables, de bonnes bières, et une ambiance toujours survoltée.

La trattoria moderna: C’est un restaurant situé en plein centre de Rome, dans une des petites rues qui entourent la piazza Navona. Il reprend la cuisine italienne en y apportant une touche d’innovation. Au menu, des pâtes fraîches bien sûr, mais également de nombreuses viandes et poissons.

Le maXXI: Il s’agit du Musée d’art moderne du XXIème siècle, construit par l’illustre architecte récemment disparue Zaha Hadid. Peintures, installations, structures, le lieu navigue entre art moderne et architecture. Le bâtiment en soi est très intéressant, surtout pour un «futur architecte», tout autant que les collections exposées.

Le Monk club: Situé à Portonaccio, près de la Stazione Tiburtina, le Monk Club nous transporte directement à la plage, l’eau en moins. Un sentiment de liberté règne dans cet immense jardin où les soirées à thème se succèdent. Un endroit Idéal pour faire la fête après les journées de lourde canicule à Rome.

Le Momart: Sans aucun doute le meilleur aperitivo de Rome. L’attente aux portes du restaurant-bar l’atteste. Le choix est varié, les cocktails de qualité, et le lieu, assez calme, fait oublier l’agitation qui peut parfois régner sur la capitale italienne.