Une formation sur la conduite et la gestion d’exploitation agricole lancée à Thiès

Un programme de formation axé sur l’approche par les compétences et intitulé “Conduite et gestion d’une exploitation agricole niveau techniciens ou techniciennes supérieurs”, a été officiellement lancé à Thiès, vendredi, en vue de son introduction pour l’année scolaire 2017-2018.
“Nous étions venus pour valider le programme sur le plan scientifique et technique mais nous étions aussi venus pour lancer le lancer officiellement, afin que son implantation puisse se faire dès cette rentrée scolaire 2017-2018 dans les trois établissements et lycées techniques’’ de Thiès, Kédougou et Bignona, a expliqué le directeur de la formation professionnelle et technique, Michel Faye.
Il a rappelé que cette offre de formation était en préparation depuis 2009, dans le cadre de la coopération entre le Sénégal et le Canada, des instituts et collèges canadiens ayant accompagné le lycée technique Emile Badiane de Bignona dans ce processus.
Ce partenariat avait permis l’élaboration d’un programme selon l’approche par les compétences, qui s’appelait “Conduite et gestion d’une exploitation agricole niveau techniciens ou techniciennes supérieurs”, a insisté M. Faye.
Après Bignona, le ministère de la Formation professionnelle a jugé utile de reproduire ce programme à Kédougou et Thiès, deux localités sénégalaises pouvant se prévaloir selon lui de “fortes capacités horticoles”.
Le ministère a jugé “sa pertinence par rapport à la zone des Niayes”, entre Dakar et Thiès, une zone d’implantation de nombreux acteurs de l’horticulture, mais aussi Kédougou, région qui compte le même potentiel, a précisé le directeur de la formation professionnelle et technique.
“C’est dans ce sens que le lycée technique et professionnel Monseigneur François Xavier Dionne, en rapport avec trois partenaires de collèges et instituts du Canada”, a entamé “le processus de révision de ce programme et de son adaptation dans le contexte de la zone des Niayes”, a relevé Michel Faye.
Diouma Gningue, coordonnatrice du programme Essort du secteur privé par l’éducation et l’emploi (ESPEPE), note pour sa part que les établissements concernés “ont beaucoup travaillé avec les entreprises du secteur privé” évoluant dans le secteur de l’agriculture.
“Il y a eu également l’identification des programmes qui s’est fait d’abord au niveau de la région, parce que c’est surtout un projet de développement économique et social qui doit booster le développement de chaque région mais aussi les entreprises du secteur privé”, a-t-elle poursuivi.
A en croire la coordonnatrice du programme ESPEPE, le lycée technique de Thiès a d’abord cherché à répondre aux besoins de la région en collaboration avec les entreprises.
L’approche par compétence “signifie que les jeunes doivent être opérationnels à leur sortie du marché du travail’’, a souligné Mme Gningue, selon qui le proviseur de cet établissement par exemple, dispose d’ores et déjà d’un “budget de 93 millions pour acheter des équipements”.
Le lycée technique de Thiès dispose aussi d’un périmètre pour expérimenter ce programme avec l’apport d’entreprises partenaires “pour tout ce qui ne pourrait pas se faire au niveau du lycée”, a-t-elle conclu.

FD/BK